mercredi, juillet 24, 2024
- Advertisement -

Allocation chômage 2024 : Bonne nouvelle pour les salariés qui démissionnent !

Allocation chômage 2024 – Tous les salariés en France savent que, s’ils démissionnent d’un poste d’emploi, ils ne peuvent pas bénéficier d’indemnisation versée par Pôle emploi France. Mais grâce aux organisations syndicales les choses pourraient bien changer à l’avenir.

Allocation chômage 2024 : Les employés qui démissionnent de leurs postes vont toucher l’indemnité de Pôle emploi !

Pôle emploi en 2023
Pôle emploi en 2023

Lire aussi : Fraude à la CAF : 389 000 € détournés par deux sœurs algériennes

Il faut savoir que l’organisme Pôle emploi France ne verse pas l’Allocation chômage aux employés qui quittent un emploi. Parce que cet organisme estime que démissionner d’un poste de travail est un choix. Par contre, certains cas de démissions peuvent s’avérer assez légitimes et méritent donc d’être indemnisés.

C’est notamment le cas par exemple d’un un salarié qui quitte son travail pour suivre son partenaire muté dans une autre ville. De ce fait, les organisations syndicales souhaitent tout d’abord que ces salariés démissionnaires aient accès à l’assurance chômage.

En effet, les droits à cette prime de Pôle emploi France peuvent changer selon l’individu qui met un terme à son contrat de travail. Il faut noter que si c’est l’employeur qui le stoppe, le salarié peut toucher l’indemnité chômage.

Par contre, si c’est la démission vient de salarier, ce dernier ne peut pas toucher cette allocation. Le négociateur pour la CFTC, Eric Courpotin a rapporté à Capital : « Ce n’est pas normal. L’essai se fait également bien des deux côtés. C’est une injustice ».

Il y a tout de même une exception à cette règle d’indemnisation. Le média Français révèle que : « Si la rupture du nouveau contrat de travail par l’employé intervient rapidement après une précédente perte de travail involontairement, il peut avoir droit à la prime de chômage de Pôle Emploi.

Et ce, « si le concerné ne s’est pas inscrit comme demandeur d’emploi à la suite de la rupture involontaire du précédent contrat de travail. Et si le nouveau travail auquel le salarié a mis fin à durée moins de 65 jours travaillés. Cela correspond en effet, à 91 jours calendaires ».

Allocation chômage 2024 : Les syndicats souhaitent des changements

Assurance-chômage France
Assurance-chômage France

Les syndicats souhaitent changer cette fameuse règle. D’ailleurs, l’Unédic a souligné que : « L’année dernière (2022), on estime qu’environ 9 700 individus se sont vus opposer une rupture de période d’essai. Et ce, dans le cadre de la poursuite de leur indemnisation ».

L’Unédic  précise également que : « Sur la base des particularités des droits de ces demandeurs d’emploi, on estime que si ces rejets avaient été indemnisés par Pôle Emploi, ils auraient représenté une dépense de plus d’environ 30 millions d’euros pour le régime d’assurance chômage, sur une ou plusieurs années, en effet, cette dépense pourrait être étendue dans le temps en cas de reprise d’activité par exemple ».

Les organisations syndicales veulent également élargir les indemnités chômage pour les employés qui démissionnent. Ils souhaitent donc mettre en place la « démission proche aidant ».

Ils pourraient bénéficier de l’indemnité chômage de Pôle emploi, les salariés qui quittent leur poste de travail suite :

  • Au refus de leur employeur de fractionner leurs congés de proches aidants.
  • Au refus de leur employeur de leur accorder un temps partiel.
  • Au refus d’employeur d’accorder de temps aux travailleurs qui auraient besoin de davantage de temps afin de s’occuper de leur proche dépendant après leurs congés.

Les syndicats souhaitent aider certains salariés qui démissionnent à avoir droit à l’allocation chômage

Les organisations syndicales souhaitent également que les salariés qui mettent un terme à un contrat de travail à temps partiel de moins de dix (10) heures par semaine puissent toucher l’indemnité chômage. Et ce, le temps de trouver un autre emploi avec un horaire de travail plus important.

Le marché de l'emploi en France
Le marché de l’emploi en France

Une chose est sûre, les organisations syndicales veulent donner un coup de pouce à certains employés qui démissionnent à avoir droit aux aides de chômage. Reste tout de même à savoir si le gouvernement Français décidera d’accorder aux syndicats leurs requêtes.

D’ailleurs des discussions vont avoir lieu d’ici la fin de semaine. Par contre, si ces négociations ne donnent pas lieu à un accord, donc, c’est le gouvernement Français qui continuera à prendre les décisions. Et ce, sur les règles d’assurance chômage à compter de l’année prochaine (2024).

Il faudra donc s’armer de patience avant d’en savoir plus sur la mise en place d’indemnité chômage pour les salariés qui démissionnent !

Mohammed Muhammed
Mohammed Muhammed
Par Mohammed Loul Rédacteur web expérimenté, il rédige notamment des articles sur l'actualité des aides et les primes en France
Actualités Similaires