web analytics
- Advertisement -
ActualitéBaisse des Prix de l'immobilier ancien : Les Tendances du Troisième Trimestre...

Baisse des Prix de l’immobilier ancien : Les Tendances du Troisième Trimestre 2023

Baisse des Prix de l’immobilier ancien – Le marché de l’immobilier ancien en France est actuellement en proie à des fluctuations significatives des prix.

Les données des réseaux d’agences immobilières révèlent une tendance à la baisse, bien que certains indicateurs présentent des variations régionales. Les facteurs clés de cette situation incluent la hausse des coûts des prêts immobiliers et l’évolution des profils des acheteurs. Dans cet article, nous explorerons en détail les tendances du marché de l’immobilier ancien au cours du troisième trimestre 2023.

Une Baisse des Prix de l’Immobilier Ancien Généralisée

Une Baisse des Prix de l'Immobilier Ancien Généralisée
Une Baisse des Prix de l’Immobilier Ancien Généralisée

Au cours du troisième trimestre de l’année 2023, les baromètres émanant des principaux réseaux d’agences immobilières opérant en France convergent vers un constat éloquent : une tendance baissière généralisée des prix de l’immobilier ancien s’est poursuivie à travers l’ensemble du territoire.

Cette diminution des prix, déjà observée précédemment, s’est maintenue tout au long de la saison estivale, mettant en évidence une contraction variable des prix des biens anciens. Au sein de ce contexte, le nombre de transactions a également subi une légère réduction, illustrant la complexité actuelle du marché immobilier hexagonal.

Parmi les réseaux d’agences immobilières notables, Century 21 a rapporté une réduction significative des prix des appartements, s’élevant à 4,1 % par rapport à l’année précédente. Les maisons n’ont pas été épargnées par cette tendance, affichant une baisse estimée à 2 %. De manière similaire, Laforet a constaté une diminution des prix de l’ordre de 3,2 %, tandis qu’Orpi a signalé une réduction de 2 % des prix de l’immobilier.

Cependant, il est essentiel de noter que l’ampleur de cette décroissance varie en fonction des régions. Yann Jéhanno, le président de Laforet, a observé que « la baisse des prix, bien que relativement modérée et hétérogène, commence progressivement à influencer l’ensemble du territoire français, y compris des régions ou des villes qui étaient auparavant en croissance, à l’exemple de la Bretagne ».

Néanmoins, il est important de relever qu’en dépit de ces indicateurs, le baromètre publié par la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) au 1ᵉʳ septembre suggère une légère augmentation des prix, évaluée à 1,1 %. Cette divergence entre les chiffres met en évidence la complexité du marché immobilier français et l’existence de tendances régionales variables.

Lire aussi : Dérives de la police française: le rapport glaçant de l’Assemblée européenne

Baisse des Prix de l’immobilier ancien : Les Causes de la Baisse des Prix

Baisse des Prix de l'immobilier ancien : Les Causes de la Baisse des Prix
Baisse des Prix de l’immobilier ancien : Les Causes de la Baisse des Prix

L’une des raisons prédominantes sous-tendant la tendance à la baisse des prix de l’immobilier ancien est intimement liée à la montée des taux des crédits immobiliers.

Cette augmentation des taux d’intérêt a sensiblement complexifié l’accessibilité à la propriété, en particulier pour les primo-accédants, une catégorie de candidats à l’acquisition de biens immobiliers qui ne possède pas nécessairement les ressources financières requises pour financer un projet immobilier.

De ce fait, le profil des acheteurs actuels est largement dominé par les secundo-accédants, c’est-à-dire les individus qui vendent leur précédente résidence principale afin de financer l’achat d’un nouveau bien en recourant à un prêt immobilier.

Selon Laforet, les secundo-accédants occupent actuellement une part significative du marché, représentant près de 50 % des acheteurs, tandis que les primo-accédants, qui sont les acquéreurs en première accession à la propriété, ne comptent que pour moins de 20 % de la clientèle. Cette évolution significative des profils des acheteurs est essentiellement dictée par la conjoncture du marché immobilier et les coûts des emprunts.

Cet ajustement du marché a entraîné un déclin notable du nombre de transactions immobilières. Les chiffres rapportés par divers réseaux d’agences sont éloquents. Orpi estime que les transactions ont enregistré un recul de l’ordre de 22 %, tandis que Century 21 a observé une baisse s’échelonnant entre 23 et 27 %.

Laforet, quant à elle, signale une diminution de 15 % des transactions au cours de la période récente. Cette conjoncture est directement liée à l’augmentation constante des taux d’intérêt hypothécaires au sein des établissements bancaires au cours des derniers mois.

Dans ce contexte, la production de crédits immobiliers a fortement régressé. La Banque de France a estimé que cette production avait chuté de manière significative à hauteur de 40 % au mois de juillet, représentant un montant total de 12,7 milliards d’euros.

Cette réalité préoccupante a incité le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, à engager des négociations dès le mois de septembre avec le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) en vue de trouver des solutions appropriées et de rétablir la stabilité du marché immobilier, face aux défis posés par cette situation.

Lire aussi : Le Prêt immobilier : ce que vous devez savoir sur Les Nouvelles Règles PTZ

Baisse des Prix de l’immobilier ancien : Les Mesures en Cours pour Contrer la Baisse

Baisse des Prix de l'immobilier ancien : Les Mesures en Cours pour Contrer la Baisse
Baisse des Prix de l’immobilier ancien : Les Mesures en Cours pour Contrer la Baisse

Malgré les démarches entreprises par le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, dans le but de résoudre la problématique de la hausse des taux d’intérêt hypothécaires, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) a rejeté catégoriquement la proposition visant à assouplir les conditions d’octroi des crédits immobiliers.

La justification avancée par le HCSF pour ce refus repose sur l’argument que cette mesure en elle-même ne saurait suffire pour rétablir la stabilité du marché immobilier.

La question de la baisse des prix de l’immobilier ancien est loin d’être simpliste et requiert une approche globale. Il semble probable que des mesures plus étendues et des réformes plus substantielles s’avèrent nécessaires pour instaurer une stabilité durable sur le marché immobilier français.

Pendant cette période de transition, tant les acheteurs que les vendeurs devront s’adapter à un marché en constante évolution, façonné par un ensemble de facteurs économiques et financiers qui exercent une influence significative sur son fonctionnement.

Ahcen Hcn
Ahcen Hcn
Par Ahcen Hacn journaliste tabloïd et conférencier depuis plusieurs années pour diverses publications. Il possède une expérience significative dans les visas et Il rédige des articles sur des sujets liés au tourisme, voyages et à l'immigration
RELATED ARTICLES
- Advertisment -

Most Popular

- Advertisement -