lundi, juin 17, 2024
- Advertisement -

Immobilier à Paris : Les zones où les prix ont chuté

Immobilier à Paris – Paris, la ville des lumières, n’échappe pas aux fluctuations du marché immobilier.

Récemment, la capitale française a été particulièrement touchée par une baisse des prix, faisant chuter plusieurs arrondissements sous la barre symbolique des 10 000 euros le mètre carré.

Selon les données de PAP, le prix médian à Paris a reculé de 7,6 % en un an. En janvier 2022, le mètre carré atteignait 10 203 euros ; aujourd’hui, il plafonne à 9 190 euros.

Toutefois, ces chiffres globaux masquent des disparités importantes entre les différents arrondissements de la ville.

Immobilier à Paris : Les arrondissements les plus touchés

Immobilier à Paris : Les arrondissements les plus touchés

Le 9ème arrondissement

Selon Actu, le 9ème arrondissement a subi la plus forte baisse avec un recul de 10,6 % en un an.

Le quartier Saint-Georges, connu pour ses bistrots branchés et ses petits commerces, est désormais passé sous la barre des 10 000 euros/m², atteignant 9 630 euros/m².

Cette chute significative reflète une réévaluation du marché dans une zone pourtant prisée pour son charme et son dynamisme culturel.

Le 13ème arrondissement

Le 13ème arrondissement n’est pas en reste, enregistrant une baisse de 9,3 % sur un an. Le quartier de la Salpêtrière, en particulier, affiche désormais un prix au mètre carré de 9 450 euros.

Cette tendance pourrait être liée à une moindre attractivité par rapport à d’autres secteurs plus centraux ou mieux desservis par les infrastructures de transport.

Le 5ème arrondissement

Bien que toujours très prisé, le 5ème arrondissement a également connu une baisse de 7,5 % en douze mois.

Le prix médian y est de 11 320 euros/m², avec le quartier de la Sorbonne atteignant 12 310 euros/m².

Ces chiffres montrent que même les zones historiquement recherchées ne sont pas à l’abri des fluctuations du marché.

Les arrondissements moins impactés
Les 4 premiers arrondissements

Les 1er, 2ème, 3ème et 4ème arrondissements ont réussi à limiter la casse avec des baisses de prix inférieures à 5 %.

Ces zones centrales, souvent associées à des attractions touristiques majeures et à des quartiers historiques, bénéficient d’une demande constante, notamment de la part des investisseurs étrangers.

Le 8ème arrondissement

Le 8ème arrondissement n’a perdu que 1,9 %. Le quartier des Champs-Elysées, en particulier, reste à des prix stratosphériques de 18 150 euros/m², avec une augmentation de 3,2 % sur un an.

Cet attrait pour l’ultra-luxe, alimenté par une clientèle internationale fortunée, explique cette tendance à contre-courant.

Les 6ème, 7ème, 10ème et 11ème arrondissements

Le 6ème arrondissement, bien que connaissant une baisse de 4,9 %, demeure l’un des plus chers avec des quartiers comme Saint-Germain-des-Prés à 16 070 euros/m².

Le 7ème, avec une diminution de 4,4 %, affiche encore des prix élevés, notamment autour de l’École Militaire à 12 310 euros/m².

Les 10ème et 11ème arrondissements enregistrent une baisse de 5 %, mais restent attractifs en raison de leur ambiance vivante et de leurs multiples commodités.

Lire aussi :

Voici 5 astuces incontournables pour vendre un bien immobilier au meilleur Prix

Immobilier neuf en France 2024 : Où trouver les meilleures opportunités ?

Ahcen Hcn
Ahcen Hcn
Par Ahcen Hacn journaliste tabloïd et conférencier depuis plusieurs années pour diverses publications. Il possède une expérience significative dans les visas et Il rédige des articles sur des sujets liés au tourisme, voyages et à l'immigration
Actualités Similaires