dimanche, juillet 21, 2024
- Advertisement -

Inflation et Ramadan 2023 : les musulmans sont obligés d’adapter leurs dépenses alimentaires

Inflation et Ramadan 2023, pour cette année les musulmans en France traversent une période très difficile  en ce mois de Ramadan, moins de viande et de pâtisserie, les recettes les moins chères, les promotions… Certains fidèles cherchent par tous les moyens à réduire leur facture alimentaire du mois du Ramadan à cause de l’inflation.

Ramadan 2023
Ramadan 2023

 

Inflation et Ramadan 2023 : les musulmans sont obligés d’adapter leurs dépenses alimentaires

Viande et poisson frais, œufs, miel… Autant de produits alimentaires consommés pendant le mois de Ramadan dont les prix ne cessent de grimper. « Le prix de la viande est inabordable. Dans certaines boucheries, tous les prix ont doublé. Les fruits secs ont également augmenté », regrette Inès, une jeune mère et influenceuse de 23 ans. Le mois sacré pour les musulmans à débuter le jeudi 23 mars 2023. Jusqu’au 21 avril prochain, les musulmans ne peuvent ni boire ni manger de l’aube au coucher du soleil.

Lire aussi: Inflation de 2023 : les aides et prestations sociales qui vont augmenter dès avril

Ramadan 2023 : horaires d’Imsak et Iftar à Paris, Genève et d’autres villes du monde

Si le mois de Ramadan est avant tout un moment spirituel, il représente également un moment festif et de partage en famille où l’on se retrouve autour d’un repas convivial. Mais la très forte inflation que connait la France à fait augmenter  les prix des produits alimentaires, de l’ordre 14,5 % depuis février de l’année dernière (2022), selon les dernières estimations de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), force certains musulmans à déroger à leurs habitudes culinaires. Le résultat cette jeune maman n’organisera pas de grandes tablées en famille avec plein de choix d’entrées de plats.

Inflation
inflation

Lire aussi: SMIC 2023 inflation : vers une hausse du salaire des Français

Inflation et Ramadan 2023 : faire une croix sur certains aliments

Le HuffPost a lancé un appel à témoignages pour savoir comment cette inflation pouvait avoir un impact direct sur le mois de Ramadan. La plupart des individus qui nous ont répondu vont réduire leur consommation de certains produits. « Je regarde beaucoup plus les promotions et les prix qu’avant pour tous les aliments. Je vais donc limiter par exemple ma consommation de viande », nous annonce Yasmina, qui est une assistante commerciale de 29 ans. « Je vais remplacer l’agneau par du poulet dans les tajines. J’en cuisinerai une à deux fois pendant ce mois plutôt qu’une fois par semaine. Je ferai même peut-être une croix sur les tajines à base d’agneau. »

Concernant les desserts ? « Je vais me limiter à une ou deux pâtisseries par soir. » Pareil pour Inès qui regrette le prix des amandes : « Avant, on faisait plein de gâteaux comme des baklavas, les cornes de gazelle… Pour qu’ils soient vraiment bons, il faut ajouter beaucoup d’amandes. Mais cette année, il faudrait dépenser une fortune pour en faire. C’est bien dommage. »

Pour Abdel Alaoui, restaurateur et chroniqueur culinaire, la facture est également salée : « Les œufs et le beurre ont beaucoup augmenté cette année. Ce sont des ingrédients essentiels dont on se sert pour les pâtisseries et le pain… J’ai fait quelques gâteaux hier et je me suis rendu compte que ça m’avait coûté le double ou même le triple par rapport à l’année précédente. »

Le chef, Abdel Alaoui, préconise donc d’éviter « tout ce qui est cacahuète ou amande ». Il recommande donc à la place la confection de sablés à la noix de coco : « C’est une pâte toute simple qu’on fait cuire dans le four. On plonge ces sablés dans la confiture d’abricots et de la fleur d’oranger. Ce n’est pas très cher par rapport au miel. Et meilleur pour la santé. »

Inflation et Ramadan 2023
Inflation et Ramadan 2023

Lire aussi: Le Ramadan 2023 : la date dévoilée au États-Unis, Canada et Espagne

Inflation et Ramadan 2023 : opter pour les promotions et les produits de substitution

Selon Abdel Alaoui, la meilleure solution pour faire face à cette inflation est « d’acheter en gros quand il y a une promotion, de préparer un maximum de choses puis les congeler. » Mais aussi de chercher des produits de substitution. Afin de remplacer le poisson frais, il conseille par exemple de préparer des croquettes avec du thon en boîte : « C’est super simple avec des œufs et de la farine. »

Les soupes sont recommandées par le chef pour couper le jeûne. « La chorba ne demande pas trop d’ingrédients juste des vermicelles, du coulis et de la tomate, du céleri, de la farine, des lentilles, du persil,… Ce sont des produits pas chers », liste-t-il. D’autant plus qu’elle est « riche, épaisse et qu’elle remplit bien le ventre grâce à la farine ». Concernant la viande, le cuisinier « achète généralement un steak haché qu’il va émietter dans la soupe plutôt que du bœuf ou de l’agneau, qui sont très chers ».

Cette soupe est aussi approuvée par Oualid, un jeune homme qui travaille en tant que communicant pour plusieurs restaurants hallal en France. Selon lui, « faire une chorba n’est pas très cher et ne demande pas grand-chose ». Qui plus est, il compte s’appuyer sur les nombreuses promotions dans les enseignes sur « les semoules, les feuilles de brick ou l’huile » pour les autres recettes.

Il nous assure vouloir retrouver la même chose dans son assiette que les années précédentes. « L’inflation aura un impact direct sur mon portefeuille mais mes habitudes ne changeront pas. Je ferai face aux prix et j’achèterai », certifie-t-il avant de rappeler : « Même si les prix ont augmenté, le mois de Ramadan n’est pas un mois où il faut abuser des bonnes choses et remplir son caddie avec tout et n’importe quoi. »

Pour Fateh Kimouche, le fondateur du blog Al-Kanz, qui est spécialisé dans l’économie et la consommation autour de la communauté musulmane déclare que « C’est normalement un mois de frugalité et de déconsommation. Si cette inflation nous fait mal au porte-monnaie, elle peut aussi nous faire du bien spirituellement. »

À Lire aussi : Allocations familiales : la mauvaise nouvelle vient de tomber

Mohammed Muhammed
Mohammed Muhammed
Par Mohammed Loul Rédacteur web expérimenté, il rédige notamment des articles sur l'actualité des aides et les primes en France
Actualités Similaires