dimanche, juin 16, 2024
- Advertisement -

La réforme de RSA sera appliquée progressivement à partir de 2024

La réforme de RSA, Olivier Dussopt, ministre du Travail Français a souhaité, ce lundi premier mai 2023 que « d’ici trois à quatre ans, la totalité des allocataires du Revenu de Solidarité Active devront être bien accompagnées ». Il a précisé les contours de la future réforme du Revenu de Solidarité Active, qui doit faire l’objet d’un projet de loi le début de mois de juin prochain.

Le Revenu de Solidarité Active (RSA)
Le Revenu de Solidarité Active (RSA)

Lire aussi: France Travail et le RSA 2023 : la nouvelle réforme fait déjà l’effet d’une bombe à retardement au niveau statistique

Smic et la prime de 228 € de la CAF : voici les critères à respecter

La réforme de RSA sera appliquée progressivement à partir de 2024

La réforme du Revenu de Solidarité Active (RSA) sera donc appliquée progressivement et ce  à partir de l’année prochaine (2024), interrogé sur BFMTV ce lundi premier mai 2023, au sujet de la nouvelle réforme controversée du Revenu de Solidarité Active, le ministre Français du Travail Olivier Dussopt a donné quelques détails sur sa mise en place.

« Vous croyez que cette nouvelle mesure, on va l’appliquer du jour au lendemain ? », a-t-il interrogé. « On va le faire de manière progressive », a précisé Olivier Dussopt, rappelant qu’une expérimentation était actuellement menée dans dix-huit (18) départements Français. Le Ministre a expliqué que la loi entrerait en vigueur progressivement, et ce à partir de l’année prochaine (2024), de manière donc à ce que « d’ici, trois ou quatre ans, la totalité des allocataires du Revenu de Solidarité Active soient bien accompagnés ».

Engagement de campagne d’Emmanuel Macron, la nouvelle réforme du Revenu de Solidarité Active fera l’objet d’un projet de loi au début de mois de juin prochain, comme l’a indiqué la Première ministre, Élisabeth Borne, le 27 avril dernier.

Cette nouvelle réforme du RSA (Revenu de Solidarité Active) prévoit donc de conditionner le versement de cette aide sociale a l’obligation de consacrer 15 heures à 20 heures par semaine de formation et d’insertion. « Ce qu’on veut, c’est donc de permettre aux bénéficiaires du RSA de retrouver un emploi, avait expliqué la Première ministre, Élisabeth Borne. Il ne s’agit pas donc de les faire travailler sans les payer, il s’agit alors de leur permettre de découvrir des métiers ».

Aides et prestations sociales
Aides et prestations sociales

Lire aussi: RSA de la CAF 2023 : tout savoir sur les nouvelles conditions d’attribution et le nouveau mode de versement

Le Revenu de Solidarité Active pourra être suspendu plus facilement  en cas de non-respect de cette obligation

Que se passera-t-il donc en cas de non-respect de cette obligation ? « Le président du conseil départemental, qui est compétent en matière de Revenu de Solidarité Active (RSA) et de versement des prestations et allocations, pourra donc plus facilement qu’aujourd’hui suspendre le RSA (Revenu de Solidarité Active), dans un premier temps, et ensuite éventuellement le radier, comme c’est déjà le cas aujourd’hui », a assuré Olivier Dussopt sur la chaine BFMTV ce lundi premier mai.

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt a également insisté sur le volet d’insertion et de formation de la réforme. « Quand on regarde les presque deux (2) millions de Français qui sont bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active, la grande majorité bénéficie d’un suivi social et moins de la moitié d’entre eux bénéficient d’un suivi professionnel, a-t-il rappelé.

Il nous faut donc mettre en place des actions d’insertion, de formation et d’accompagnement sur tous les territoires Français ». Ces actions seront donc adaptées en fonction de la situation de chaque allocataire, a-t-il assuré, évoquant en exemple le cas d’une mère célibataire avec des enfants à charge, à qui « vous ne proposez pas une offre de formation de 17 heures à 20 heures, ou alors vous lui proposez la solution de garde qui va avec ».

Olivier Dussopt s’est par ailleurs défendu d’alimenter, avec cette nouvelle réforme, un « projet en assistanat ». « Le Revenu de Solidarité Active est un revenu de survie », a-t-il appuyé, ajoutant que « personne n’est riche avec le Revenu de Solidarité Active». « Dire que nous devrions donc le verser sans nous intéresser à la contrepartie, aux parcours d’insertion est une immense hypocrisie, a-t-il estimé. La société n’est pas quitte de son devoir de solidarité quand elle a versé 607 euros à un individu, elle l’est quand elle l’a aidé à retourner en emploi. »

Allocations et aides sociales
Allocations et aides sociales

Lire aussi: Chèque énergie 2023 : une très bonne nouvelle est dévoilée, de nombreux individus vont donc profiter

Mohammed Muhammed
Mohammed Muhammed
Par Mohammed Loul Rédacteur web expérimenté, il rédige notamment des articles sur l'actualité des aides et les primes en France
Actualités Similaires