- Advertisement -

Pôle emploi: enquêtes pour arnaque à grande échelle

Les services de sécurité français enquêtent sur deux affaires d’arnaque à grande échelle au sein de Pôle emploi. Deux femmes dont une juge en poste à Paris sont citées dans ces deux dossiers qui ont coûté une fortune à l’organisme. 

Pôle emploi a t-il fait objet d’escroquerie? Les soupçons sont sérieux et des enquêtes ont été ouverts pour élucider deux affaires impliquant deux femmes. L’une d’elle est une employée de l’organisme accusée d’avoir détourné pas moins de 700 000 euros de cotisations.

Selon les informations de Franceinfo qui a rapporté l’information cette semaine, la mise en cause, employée à Pôle Emploi Occitanie, licenciée depuis l’éclatement de cette affaire, « aurait pu profiter du transfert du recouvrement des cotisations au réseau des Urssaf pour commencer à détourner les fonds des contrats de sécurisation professionnelle (CSP) destinés aux licenciements économiques ».

Pôle emploi: une employée accusé d’avoir détourné pas mois de 700 000 euros

Le parquet de Toulouse (Haute-Garonne) a confirmé au même média qu’une enquête préliminaire a été ouverte pour élucider ce dossier. L’enquête a été confirmée par ailleurs par pôle emploi. « La Direction de Pôle emploi Occitanie a pris ses responsabilités sur la situation décrite et les actions de cette ex-salariée. L’affaire est entre les mains de la justice, nous ne communiquons pas sur une affaire en cours. », a déclaré l’établissement cité par le Franceinfo.

L’autre affaire qui a éclaté également cette semaine implique une juge toujours en poste à Paris. La justice reproche à cette dernière le fait de continuer à percevoir les indemnités de Pôl emploi tout en siégeant en juridiction.

Pôle emploi: une juge en poste gravement accusée

Les fait s remontent à entre 2014 et 2015, indique La voix du nord qui a évoqué ce dossier dimanche 18 juin dernier.

Selon la même source, la mise en cause invoque une  » erreur de bonne foi », assurant qu’elle avait mal interprétés les renseignements qu’elle a pris auprès de Pôl Emploi. «J’avais compris que je ne devais pas déclarer ce stage », a t-elle soutenu. Ce dossier a valu plus de 19 000 euros à Pôle emploi.

Islam M.
Islam M.http://www.djalia-dz.com/fr
Il rédige des articles sur des sujets liés au tourisme et à l'immigration, et conférencier depuis plusieurs années pour diverses publications.
Actualités Similaires