lundi, juin 17, 2024
- Advertisement -

Pourquoi une baisse de la pension de la retraite en février ?

Une baisse de la pension de la retraite en ce mois de février, une mauvaise surprise ou une bonne surprise ? La pension de base pour des millions de retraités a évolué ce 9 février 2023. Le plus souvent à la hausse, en raison de la revalorisation annuelle qui est de 0,8% qui s’ajoute à la hausse de l’été dernier qui était de 4%. Mais sur la pension versée le jeudi dernier s’invite aussi une mise à jour de la Contribution Sociale Généralisée (CSG), qui fait à la fois des perdants et des gagnants.

la pension de la retraite en ce mois de février
la pension de la retraite en ce mois de février

Baisse de la pension de la retraite en février

Ce qu’il faut savoir c’est que votre retraite est soumise à des prélèvements sociaux, le montant de votre retraite de janvier payée en ce mois de février est susceptible d’évoluer. Cette alerte est affichée depuis la fin décembre dernier sur le site de l’Assurance retraite (Caisse nationale d’assurance vieillesse, ou la Caisse nationale d’assurance vieillesse) et les sites régionaux des Caisse d’assurance retraite et de santé au travail (Carsat). Mais de nombreux retraités ont  être étonnés de voir leur pension de base évoluer.

Lire également : Astuces efficaces à l’aéroport avant de prendre l’avion

Ce qu’il faut savoir sur détaxe à l’aéroport

Effectivement, sans ce mouvement des cotisations sociales, la principale évolution attendue des pensions de base est une hausse de +0,8% sur la pension de janvier de cette année 2023, versée par l’Assurance retraite le jeudi dernier 9 février. Pour rappel, pour citer la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), la retraite de base est payée mensuellement à la fin de la période pour laquelle elle est due, chaque 9 du mois, la pension apparaissant sur votre compte bancaire le jeudi dernier 9 février est donc la mensualité de janvier 2023, celle qui marque la hausse de 0,8%.

Baisse de la pension de la retraite en février
Baisse de la pension de la retraite en février

Lire aussi : Prolonger un visa pour la France : les conditions et les démarches

Baisse de la pension de la retraite en février : vérifiez si votre Contribution sociale généralisée (CSG) est passée à 8,30% ou 6,60%

Cette baisse de la pension n’est pas due au prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, ce qui aurait pu expliquer une évolution. Il y a en effet de grandes chances pour que l’évolution du montant de pension des retraités soit liée aux prélèvements sociaux, c’est ce que confirme la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav). Les retraités peuvent le vérifier sur lassuranceretraite.fr dans la rubrique “Demander un relevé des paiements de ma retraite”. »

Comment expliquer alors cette hausse des prélèvements sociaux ? Toute pension de retraite peut être soumise à trois (3) types de cotisations : Contribution sociale généralisée (CSG), Contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) et la Contribution Additionnelle de Solidarité pour l’Autonomie (CASA). Le taux de la Contribution sociale généralisée est de 8,30%, de 6,60% ou 3,80% selon le montant de votre revenu fiscal de référence (RFR). Ou exonération. Et le taux de la Contribution Additionnelle de Solidarité pour l’Autonomie est de 0,30% qui ne sont pas payés que si vous êtes soumis aux taux de la Contribution sociale généralisée de 6,60% ou 8,30%.

vérifiez si votre Contribution sociale généralisée (CSG) est passée à 8,30% ou 6,60%
vérifiez si votre Contribution sociale généralisée (CSG) est passée à 8,30% ou 6,60%

Pension de retraite : la hausse ou la baisse est-elle valable pour toute l’année 2023 ?

Chaque année, les seuils d’assujettissement ou d’exonération de ces prélèvements sont revalorisés au premier janvier, conformément à l’évolution en moyenne annuelle des prix à la consommation, cette année c’est l’inflation enregistrée durant l’année 2021 qui a été appliquée, qui est de 1,6%. En fonction de ces seuils, le taux appliqué n’est pas le même, c’est ce que détaille l’Assurance retraite dans son message d’alerte. Donc, à partir de la pension de janvier de cette année 2023 qui est payée le 9 février dernier, c’est l’avis d’impôt de l’année 2022 sur les revenus de 2021 qui est pris en considération.

Lire  également : Ce nouveau bulletin de paie doit vous aider à toucher la prime de la CAF

 

Par conséquent, en prenant en compte l’évolution de 0,8% de la pension de base, trois (3) cas de figure sont possibles pour votre pension perçue de jeudi dernier le 9 février, comme le résume la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav).

Les trois cas de figure possible sont les suivants :

  1. Si votre taux de prélèvement diminue, votre montant de retraite va augmenter.
  2. Si votre taux de prélèvement augmente, votre montant de retraite va diminuer.
  3. Si vous êtes exonéré de prélèvements sociaux, votre montant de retraite va augmenter de 0,8%.
la hausse ou la baisse est-elle valable pour toute l'année 2023 ?
la hausse ou la baisse est-elle valable pour toute l’année 2023 ?

Pension de base : 9,1% de cotisations sociales au maximum

  • La cotisation sociale de Contribution sociale généralisée (CSG) pour les retraités est de 8,3% (taux normal, dont 5,9% déductibles du revenu imposable), 6,6% (taux médian, dont 4,2% déductibles) ou 3,8% (taux réduit, entièrement déductible).
  • La cotisation sociale Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale (CRDS) pour les retraités est de 0,5%.
  • La cotisation sociale Contribution Additionnelle de Solidarité pour l’Autonomie (CASA) pour les retraités est de 0,3%.

Selon le niveau de votre Revenu Fiscal de Référence (RFR), quatre (4) situations peuvent se présenter qui sont les suivantes:

  • 0%. Exonération de la Contribution Sociale Généralisée (CSG), la Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale (CRDS) et la Contribution Additionnelle de Solidarité pour l’Autonomie (CASA).
  • 4,3%. Assujettissement à la Contribution Sociale Généralisée (CSG) au « taux réduit » + la Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale (CRDS).
  • 7,4%. La Contribution Sociale Généralisée (CSG) au « taux médian » de 6,6% et la Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale (CRDS) et la Contribution Additionnelle de Solidarité pour l’Autonomie (CASA).
  • 9,1% au total. La Contribution Sociale Généralisée (CSG) au « taux normal » de 8,3% et la Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale (CRDS) et la Contribution Additionnelle de Solidarité pour l’Autonomie (CASA).
Mohammed Muhammed
Mohammed Muhammed
Par Mohammed Loul Rédacteur web expérimenté, il rédige notamment des articles sur l'actualité des aides et les primes en France
Actualités Similaires