vendredi, juin 21, 2024
- Advertisement -

Allemagne : une ressortissante algérienne assassinée par son sosie

Une ressortissante algérienne résidante en Allemagne a été tuée par son sosie pour faire croire à sa propre mort.

Un crime dont les policiers d’Ingolstad, dans le sud de l’Allemagne, risquent de se rappeler longtemps. Une femme germano-irakienne de 23 ans a tué son sosie pour simuler sa propre mort, selon une information du Guardian repérée par nos confrères de BFMTV.

Allemagne : une ressortissante algérienne assassinée par son sosie
Allemagne : une ressortissante algérienne assassinée par son sosie

En août 2022, le corps d’une jeune femme est retrouvé dans une Mercedes garée dans la ville de Bavière.

Grâce au véhicule, les policiers l’identifient rapidement comme étant Sharaban K, une esthéticienne de 23 ans basée à Munich et d’origine irakienne. Ses proches confirment que le corps, lardé de coups de couteau, est bien celui de la jeune femme.

Lire également : OQTF et retrait de titre de séjour: les ressortissants maghrébins visés

Les enquêteurs reconnaissent qu’il s’agit d’une ressortissante algérienne

Mais en lisant le rapport d’autopsie le lendemain, les enquêteurs ont découvert avec stupeur qu’il s’agit finalement d’une ressortissante algérienne nommée Khadidja O, une blogueuse beauté algérienne de Heilbronn dans l’État voisin du Bade-Wurtemberg, également âgée de 23 ans.
Les cheveux noirs, longs et raides de la victime et son épaisse couche de maquillage ont trompé les policiers qui assurent que les deux femmes se ressemblent « étonnamment ».

Une influenceuse accusée d'avoir tué son sosie
Une influenceuse accusée d’avoir tué son sosie

Sharaban. K est interpellée le 19 août 2022 en compagnie de Sheqir K, un Kosovar de 23 ans, soupçonné d’être son complice. Les deux suspects ont été placés en détention provisoire.

La ressortissante algérienne contactée par internet

L’enquête touche aujourd’hui à sa fin et les enquêteurs ont réussi à retracer le parcours meurtrier des deux assassins présumés qui a été communiqué à la presse allemande lundi.
Sharaban K, a commencé par contacter plusieurs jeunes femmes lui ressemblant sur les réseaux sociaux dans la semaine précédant le meurtre, opérant sous différents pseudonymes. « En faisant diverses promesses, elle a tenté de provoquer des réunions, qui ont d’abord échoué », a expliqué Veronika Grieser du bureau du procureur d’Ingolstadt.

Lire aussi : Douane 2023 : le montant en devises autorisé pour les voyages

Actualités Similaires