dimanche, juin 16, 2024
- Advertisement -

Crédit immobilier 2023: une nouvelle condition pour pouvoir obtenir un prêt immobilier

Le crédit immobilier 2023, ou prêt immobilier 2023, est un emprunt qui est destiné à financer tout ou une partie de l’acquisition d’un bien immobilier, de l’opération de construction, ou des travaux sur un tel bien immobilier. Lorsque le crédit est accoté à la garantie sur la valeur du bien, on parle alors de crédit hypothécaire.

Crédit immobilier 2023 : quel est ce nouveau critère pour obtenir un prêt ?

Début de mois de février 2023, les chiffres de la Banque de France sur le crédit immobilier ont montré une chute énorme. En janvier de l’année précédente (2022), 23,7 milliards d’euros ont été empruntés pour le logement et en mois de janvier 2023, le montant n’était plus que de 14,4 milliards d’euros. C’est un constat sans appel !

Cette baisse d’emprunte s’explique par la hausse des taux d’intérêt, qui rend le coût du crédit immobilier très important. En effet, le taux d’intérêt est passé de 0,64% en février 2022 à 2,63% le trois (3) février 2023. Le taux d’usure est le taux maximum qu’une banque peut attribuer à son client avec tous les frais. Cela posait beaucoup de problèmes, parce qu’il était infranchissable. Donc beaucoup de banques en France ont mis le prêt hypothécaire en attente à ce que le marché s’améliore.

Prêt immobilier
Prêt immobilier

Lire aussi: Impôts sur l’immobilier : la méthode légale pour échapper aux plus-values immobilières

L’euro en Algérie appelé à se hisser encore, porté par un contexte favorable

Épargne résiduelle : un an d’épargne de précaution

Des jours meilleurs sont peut-être arrivés ! En effet, la bonne nouvelle est que le taux d’usure a été réévalué en ce mois de février à 3,79% pour les prêts hypothécaires de vingt (20) ans et plus. Cela signifie que les banques Françaises ont plus de flexibilité par rapport au taux d’usure, mais tout cela ne les empêche pas d’étudier au millimètre près le dossier des acheteurs.

Donc, chaque détail compte et il existe certain prérequis qui sont incontournables. Pour un exemple, le client doit savoir bien gérer ses comptes, avoir un salaire régulier et un apport personnel minimum de dix (10)%. Depuis quelques semaines, une nouvelle condition est mise en avant par les courtiers et plaît aux banques. Il s’agit de l’épargne résiduelle après achat. Ça veut dire, l’apport personnel n’est plus suffisant.

En plus de l’apport personnel, l’individu qui fait un crédit immobilier doit avoir alors une épargne en plus. Mais est-ce obligatoire ou non pour obtenir un crédit immobilier ? Le directeur de la communication de Meilleurtaux, Maël Bernier a l’impression que cela ressemble à un nouveau critère qui est obligatoire. Mais, pour avoir une économie résiduelle, c’est ce qui permettra aujourd’hui à un dossier de passer sous les trois (3)%.

Donc, si vous voulez faire un crédit immobilier, l’épargne qu’il vous restera après cette opération est la clé d’entrée pour obtenir un taux intéressant. Et la raison est simple. On ne laisse pas son épargne sur un compte courant. Donc le client va certainement prendre un produit bancaire pour placer son argent et on sait bien que les banques gagnent de l’argent avec des services.

Immobilier
Immobilier

Lire aussi: Impôts de 2023 : 7 options efficaces pour payer moins d’impôts

Crédit immobilier 2023 : combien d’argent les banques attendent-elles ?

Idéalement, l’emprunteur devrait avoir, en plus de son apport personnel de dix (10)%, environ vingt (20)% à trente (30)% du projet en épargne résiduelle.

Pour un exemple, une personne qui souscrit un prêt de 200 000 € et qui dispose de 40 000 € à 60 000 €  d’épargne après le projet est considérée aujourd’hui comme un bon dossier, révèle le directeur de la communication de Meilleurtaux, Maël Bernier. Il y a des banques qui, au-delà du taux préférentiel, ont fait de l’épargne une condition d’octroi du crédit.

Dans un contexte d’augmentation des dépenses quotidiennes et énergétiques, certaines banques exigent jusqu’à un (1) an de mensualités de crédit en épargne de précaution en plus de l’apport demandé, explique la directrice des partenariats bancaires chez Cafpi Laura Martino.

Il ne s’agit pas seulement de placer des produits bancaires, mais surtout d’anticiper l’inflation et les risques d’impayés. En effet, les banques veulent être persuadées que le demandeur de prêt sera capable d’assumer les charges et les dépenses dans le cas d’une hausse.

Dans la plupart de temps, l’épargne de précaution n’a pas besoin d’être placée sur un support, la banque est là pour couvrir un risque potentiel, elle doit donc être mobilisée et est le plus souvent placée sur un livret A, précise la directrice des partenariats bancaires chez Cafpi Laura Martino.

Épargne résiduelle
Épargne résiduelle

Lire aussi: Immobilier et loyer 2023 : des logements de 1,80 m de hauteur seront-ils bientôt louables ?

Crédit immobilier 20023 : chaque dossier est unique

Le sujet de l’épargne est de plus en plus très important pour les banques, car elles sont désormais soumises à des contraintes de liquidités. Ce n’était pas le cas jusqu’à l’année dernière(2022), où il n’y avait aucun problème pour se financer à moindre coût sur les marchés.

L’épargne apportée par les emprunteurs devient maintenant un point d’attention pour les banques. Dit la directrice des partenariats bancaires chez Cafpi Laura Martino.

LCL (banque et assurance) ou le Crédit Agricole disent ne pas être au courant de cette obligation. Pour les banques, l’obtention d’un prêt immobilier dépend de plusieurs critères et qu’il est nécessaire de faire du cas par cas.

Une obligation ou non, l’épargne résiduelle est un avantage de taille dans un dossier. Elle va montrer à la banque que vous savez mettre de l’argent de côté et cela pour rassurer la banque.

Mohammed Muhammed
Mohammed Muhammed
Par Mohammed Loul Rédacteur web expérimenté, il rédige notamment des articles sur l'actualité des aides et les primes en France
Actualités Similaires